The Wicked Shit

Le premier forum français dédié a l'Horrorcore et tout l'univers qui entour cette musique .
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chronique: ICP The Tempest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LazyZombie



Messages : 560
Date d'inscription : 25/04/2010
Age : 30
Localisation : PACA

MessageSujet: Chronique: ICP The Tempest   Ven 30 Avr - 16:25




Artiste: Insane Clown Posse
Sortie: 20 mars 2007
Genre: Rock/Hip-Hop/Rap



The Tempest:
Voici l’arrivée de la tempête promise par son prédécesseur "The Calm" qui annonce un ICP des temps modernes avec l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille: DJ Clay, qui a put mettre sa touche sur cet album très Rock N Hiphop.
Les clowns ont ouvert les portes du rock n roll pour la première fois, peut-être pour rappeler les chansons qu’on entend dans les Roller Coaster, autrement dit les pires montagnes russes des parcs d’attractions!
Tout comme le montre méchamment la pochette, "The Tempest" c’est l’ambiance et l’adrénaline vécues dans les attractions interdites aux cardiaques et aux moins de 16 ans!



Mon avis:
C’est sans doute l’album le plus accessible avec Shangri-La qu’ils ont fait!
Ils sont revenus dans leurs délires de scruby clowns avec des sujets plus ou moins hilarants et qui ne manquent pas d’imagination, tout ça travaillé d’une façon très moderne, plus réelle et moins cartoonesque.

Je vais plutôt parler d’un point de vue global de l’album qui se caractériserait par une musique combinant pas mal de scratches et de guitares rappelant le bon vieux temps des Guns N Roses, Led Zeppelin, Ozzy Osbourne, Run DMC ou Easy E qui sont particulièrement explosifs dans "What about now?" où les clowns se souviennent du bon temps old school, que ce soit dans l’histoire du rock ou du hiphop. Et que finalement "what the fuck is happening now??" comme s’ils regrettaient les anciens qui ont marqué l’histoire de la musique.


Sinon dans la branche délires plus ou moins imaginaires et divertissants, on peut retrouver "Growing again", "Hum drum boogie", "I do this!", "Watch my ride", "Mexico City"...

"Growing again" est très imagée, on peut facilement imaginer comment Violent J est transformé en Godzilla pour une raison inconnue, accompagné de son pote de toujours, Shaggy, qui lui, a gardé sa taille normale. C’est une chanson rythmée sur les pas de géant du big Violent J et qui dégringole progressivement comme les buildings qui s’écroulent sous ses pieds.

"Hum drum boogie" raconte en direct l’adrénaline que vivent les clowns sur les montagnes russes d’une façon très marrante que ce soit dans leurs têtes ou dans leur pantalon. C’est à mourir de rire et peut-être que les garçons pourront se reconnaître dans cette chanson, si par hasard en montagne russe il a eu des effets très rebondissant lors des montées et des descentes haha!
La chanson se finit par une publicité de la Spazmatic, boisson énergétique crée par ICP, à l’occasion de l’album, et qui est réellement vendue sur leur site officiel.

"I do this!" est plutôt une chanson solidaire pour ceux qui n’ont pas de chance dans la vie, qui sont laids ou qui sont boulets. Mais heureusement que les clowns sont là pour les soutenir et les aider dans leur mouise. Il suffit d’appeler les scruby brothers et vous vous sentirez moins seuls. C’est une chanson marrante et attachante avec des guitares accompagnées de flows dont on ne se lassera jamais.

Pour revenir dans le réel, "News at 6 0’ clock" raconte d’une manière ironique comment on est exposé aux bains de sangs lors des JT du soir.
Ce qui peut être paradoxal par rapport à tous les sujets de meurtres et de sang qu’ICP a pu aborder depuis toutes ces années.
Mais il est quand même important de bien se pencher sur les paroles qui disent que là, pendant les news du soir, c’est du vrai meurtre et du vrai sang.
Encore un message caché qui dénonce que leurs habituelles chansons sanguinolentes ne reflètent pas ce qu’ils sont vraiment.
ICP ayant beaucoup revendiqué leurs messages cachés, nous en remettent une couche dans cette chanson assez saccadée et très rap.


S’il y a une track qui met en avant DJ Clay, c’est bien "The party" qui est basée sur des scratches, histoire de lui laisser la place et de lui souhaiter la bienvenue au sein de la famille. Elle décrit très bien l’ambiance des jams de DJs pour des soirées bien sympas.


Et enfin, "If i was a serial killer" qui reprend les habitudes de bien finir les albums sur une chanson longue aux sonorités d’hymnes de Juggalos. Cette track annonce très bien l’ère moderne d’ICP qui s’installe et qui restera dans les annales.

Depuis la sortie de The Tempest, ils finissent tous leurs shows par cette chanson, célébrant la FA-MI-LY qui ne mourrira jamais entre le groupe et les juggalos.


C'est un album explosif qui allie avec brio deux styles musicaux parfois assez éloignés mais avec en plus la touche de fun qui met une patate d'enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orca8.deviantart.com/
 
Chronique: ICP The Tempest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Chronique] Lonewolf "The Dark Crusade"
» TOXIC HOLOCAUST Chronique de l'archéologue du métal ...
» Patrick Bonnifet "The Jojusong Project" 2010 (La Chronique)
» Chronique de films.
» Chronique : " Beggars Banquet " (Rolling Stones)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Wicked Shit :: Horrorcore :: Psychopathic record-
Sauter vers: